août 4

0 comments

Mieux connaître vos vertèbres

ll me semble important que chacun soit bien informé. Par conséquent, prendre en compte la mécanique complexe des vertèbres et de savoir d’où viennent les douleurs

Une bonne compréhension et connaissance du fonctionnement de votre dos vous permettra de mieux gérer votre mal. Et donc, d’y faire face pour bien récupérer. Certainement, grâce à une meilleure connaissance vous pourrez intervenir en amont et éviter les douleurs chroniques et invalidantes.

Surtout, vous aurez ainsi la possibilité de mieux contrôler la situation plutôt que de vous sentir ignorant, impuissant et inefficace.

Ainsi, savez-vous que vertèbres, disques, muscles et nerfs peuvent contribuer au mal de dos ?


La charpente : les vertèbres

L’homme est un vertébré qui possède une colonne vertébrale autrement appelée rachis. Le rachis est relié au reste de notre squelette en de multiples points.

En d'autres termes, le rachis soutient le crâne, constitue également un point d’attache pour nos douze paires de côtes. Celles-ci forment, avec les vertèbres dorsales et le sternum, la cage thoracique. En bas, le rachis est relié aux os iliaques, ce qui permet de répartir le poids ensuite sur le bassin et les membres inférieurs.


La colonne vertébrale est composée de 33 vertèbres : 24 d’entre elles sont mobiles, empilées les unes sur les autres, intercalées de 23 disques intervertébraux ou fibrocartilage. Elle est maintenue par un système musculaire et ligamentaire complexe. Chez l’adulte, la colonne vertébrale dans son ensemble mesure en moyenne 70 cm. 

Elle se compose de :
7 vertèbres cervicales avec l’atlas et l’axis, les première et deuxième cervicales, de courbure concave. Les vertèbres sont numérotées par convention du haut vers le bas en fonction de leur localisation de C1 à C7.
12 vertèbres dorsales ou thoraciques de courbure convexe, de D1 à D12, qui s’articulent avec les 12 paires de côtes.
5 vertèbres lombaires de courbure concave, de L1 à L5, qui sont soumises à d’énormes pressions.
5 vertèbres sacrées de courbure convexe, de S1 à S5, qui sont soudées entre elles et forment le sacrum. Cet os triangulaire s’articule avec les os iliaques.
3 ou 4 vertèbres coccygiennes, qui sont elles aussi soudées et forment le coccyx qui s’articule avec la pointe du sacrum.

colonne cervicale


Les courbures vertébrales 

La colonne vertébrale, de profil, est faite de courbures naturelles ou physiologiques appelées lordoses (cambrure cervicale et lombaire) et cyphose au niveau dorsal.

Sacrum et coccyx sont soudés et incurvés vers l’extérieur.

En d'autres termes, le rôle de ces courbures est de permettre une adaptation progressive de la colonne vertébrale de l’homme à la position verticale. Premièrement, elles ont pour but d’augmenter la solidité et la mobilité de la colonne.  Deuxièment, elles jouent aussi un rôle d’amortisseur pour absorber les chocs et les pressions.

Ces courbures peuvent devenir exagérées et pathologiques. On parle alors d’hypercyphose dorsale (chez les adolescents ou personnes âgées, par exemple) et d’hyperlordose lombaire que l’on peut retrouver lors de la grossesse.


Constitution d'une vertèbre

Une vertèbre est constituée :
•  En avant, d'un corps vertébral 
• D'un arc postérieur avec les apophyses articulaires postérieures et les apophyses transverses formant un trépied. Les apophyses sont riches en nerfs et donc très sensibles. 

La douleur concerne souvent ces apophyses. Du fait d’une pression trop forte sur leur cartilage, une sorte de substance gélatineuse qui agit comme un absorbeur de chocs et permet le bon fonctionnement des articulations vertébrales.

• En arrière, d'une apophyse épineuse que l’on ressent sous la peau du dos.

Au niveau de ces apophyses transverses et épineuses viennent s’insérer les muscles paravertébraux.
Entre le corps vertébral et l’arc postérieur se trouve le canal rachidien dans lequel passe la moelle épinière, prolongement du cerveau, grosse comme un petit doigt, jusqu’à la deuxième vertèbre lombaire.

La moelle épinière se termine par un cône médullaire et se prolonge dans le canal vertébral par des racines nerveuses appelées « queues de cheval ».

Elle et son prolongement baignent dans un liquide: c’est le liquide céphalo-rachidien ou LCR. Il nourrit et protège le système nerveux central. En dessous de la deuxième vertèbre lombaire jusqu’au sacrum s’étend le sac dural, que l’on ponctionne quand on réalise une ponction lombaire. C’est autour de ce sac dural que l’on injecte également des produits médicamenteux. Par exemple, au cours d’une infiltration épidurale ou d’une anesthésie péridurale.


Un disque fibreux sépare les vertèbres

Ce disque intervertébral joue un rôle d’amortisseur, à l’instar d’une balle en mousse entre deux planches. Il est composé d’une matière fibreuse avec au centre un noyau gélatineux qui répartit les pressions. Les disques interver- tébraux facilitent les différents mouvements de la colonne vertébrale : flexion, rotation, torsion. Ils sont tantôt pressés tantôt étirés.

Au centre du disque se trouve un noyau pulpeux, composé à 90 % d’eau contenue dans des structures fibrocartilagineuses. Par exemple, la teneur en eau de ce noyau varie en fonction de nombreux éléments tels que l’âge, la répétition de traumatismes et le moment de la journée. Le noyau se regonfle en eau au cours de la nuit, période à laquelle le disque est moins soumis à pression du fait de la position allongée.


Tags


Vous pouvez aussi être intéressé par ces articles 

Mieux comprendre l’ostéopathie

Inscrivez-vous à la newsletter

et recevez le guide gratuit 

"Auto Traitement pour soulager le dos"